Le retour à notre « khaïma » à nous : Taqadomy / Par l’écrivain Mohamed Abdellatif

Sep 10, 2021 by deyloul

Traduction de Med Yahya Abdel Wedoud – Taqadomy-Fr

 

J’ai arrêté d’écrire cette rubrique depuis quelque temps, au point que je ne me souviens plus de la ligne éditoriale d’antan… Je dis cela, aussi, pour plus de clarté.

 

J’essaye de faire des recherches de précédents articles que j’avais écrits ici pour avoir une idée de la manière dont j’écrivais à l’époque, bien que je n’ignore guère combien est ardue la recherche du contenu de Taqadomy sur Internet, pour des raisons tant techniques que politiques et d’autres que Dieu seul sait… et Hanevy. Mais, cela aussi, j’ai arrêté de le faire… Quelle assiduité! Depuis quand je suis ainsi? Je m’en tiens à une ligne et à un style uniques, immuables! Bien. Qu’il en soit ainsi.

 

Si je trouve qu’il est judicieux d’écrire au sujet de la littérature, c’est que cela est sûrement vrai. Il n’en serait pas autrement, si j’estimais que l’amour et les amoureux seraient plus dignes de mon attention. En revanche, la politique, suprême péché, s’il en est, je ne la commettrais point en ce lieu sacré!

 

Tout bien considéré, je reprendrai ma plume sans rechercher outre mesure de raisons, ni de fil d’Ariane pour me guider. Il est vrai que ce qui distingue Taqadomy, c’est qu’il ne pose point de questions sur ce qu’il faudrait faire, nonobstant la symbolique de sa couleur rouge, qui dénote de l’opiniâtreté.

 

L’écriture est un acte historique, pertinent, quand bien même elle serait sans raisons. L’inverse est également vrai. Justifiée, elle perdrait de sa pertinence. Et comment!

 

Quoique, quelqu’un comme moi, tout bohémien et sans racines géographiques qu’il soit, même si je ne regrette pas de pays, je n’en suis pas moins sensible à tous ceux qui me portent attention. Au Golfe, on dit: « Tous ceux qui te tendent le visage ». Aussi, suis-je habitué aux sophismes et au pédantisme.

 

Je me souviens, à cet égard, d’une citation de Theodor Adorno, penseur qui incarne son propos. En effet, c’est un homme écartelé entre l’Autriche, l’Allemagne et les États-Unis. De mère catholique et de père juif, il est … protestant! Psychologue, philosophe, Adorno migra du fascisme à l’École intellectualiste de Frankfort. Il s’écria avec douleur : « Pour l’homme qui n’a plus de patrie, l’écriture devient le refuge où il vit! »

 

L’idéalisme excessif ne s’applique guère à moi, car j’ai un lieu physique où je vis, cependant je trouve que l’écriture est verbe et acte* où je vis. Lorsque le verbe « je vis » s’associe à quelque chose, le sens s’en trouve changé du tout au tout!

 

Alors, pour éviter toute équivoque, je préfère le verbe « je vis » absolu, sans restriction, sans contrainte. « Il est plus agréable et plus utile de faire l’expérience d’une révolution que d’en écrire », disait Lénine. Pareillement, je serais tenté de dire, « Il est plus agréable et plus utile de faire l’expérience de la vie que d’en écrire ».

 

Et, pour faire rejaillir l’empreinte du papillon « je vis » sur l’ouvrage de la langue, il y a lieu de mettre en exergue le temps et l’espace du vivre : ici et maintenant. [Le passé est réactionnaire et le futur révolutionnaire. Isthme situé au milieu, le présent est une ligne de démarcation entre toutes les extrêmes de l’espace-temps. Le passé et l’avenir sont les extrema, par rapport au présent. Chez Leibnitz, cela s’appelle l’antisymétrie des relations d’ordre. Voilà les mathématiques au secours de la philosophie. « Note du traducteur »].

 

Grand orateur arabe, Maître Hanevy nous serait d’un bon secours pour nous aider à comprendre les différentes acceptions de l’expression « je vis », en arabe.

 

Pour revenir à la citation de Lénine, les choses sont simples, le mimétisme des génies est plus simple qu’on ne le croit. Il est loisible de dire, par exemple : « Il vaudrait mieux élire un gouvernant militaire que de n’élire personne », et ainsi de suite… Il est patent donc, qu’il vaudrait mieux écrire, que ne pas écrire du tout.

 

Selon la culture Malayalam, dans l’État du Kérala, au sud de l’Inde, une coutume veut que l’homme offre un présent à sa bien-aimée, en l’occurrence une pièce d’étoffe de 6m toutes les fois qu’il revient d’un long voyage, une sorte de consolation, comme l’écrit l’écrivaine indienne Arundhati Roy dans son roman « Le Dieu des petits riens ». Dans notre culture locale, il y a « amsegri », autre type de conciliation.

 

Dans mon cas avec Taqadomy, je ne sais qui, d’entre nous, devrait offrir un présent à l’autre. D’un côté, je m’en suis longtemps absenté sans raison probante. D’un autre côté, aucune trahsion ne justifie une si longue séparation, comme il est usuel dans le scénario local de l' »amsegri ».

 

En définitive, voilà qui marque le retour à notre « khaïma » à nous : Taqadomy.

 

……………………………

verbe et acte* : En arabe « فعل » signifie, à la fois, verbe et acte.

Partage Social:

Actualités connexes

La Fédération égyptienne de football discute avec la CAF du report de son match contre la Mauritanie

La Fédération égyptienne de football a entamé des négociations avec la Confédération africaine de football (CAF) pour discuter de la ...

Juil 19,2024

La CMA CGA augmente les coûts du fret maritime vers la Mauritanie

La compagnie maritime française CMA CGM a annoncé des frais supplémentaires sur le fret maritime vers l’Afrique, à compter du ...

Libération de Mohamed Ould Ghadda

L’ancien sénateur Mohamed Ould Ghadda s’est vu accorder la liberté provisoire, qui avait été emprisonné à la suite d’une plainte ...